Bénin : le parquet spécial de la Criet requiert 03 ans de prison ferme contre l’adjoint d’un imam et sa complice pour usage de fausse attestation

La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a connu d’une affaire de faux passeports ce lundi 08 mai 2023. Les mis en cause sont l’adjoint de l’imam de Cadjèhoun et une femme . Selon les informations ils sont en détention provisoire depuis le vendredi 13 décembre 2019 pour détention de fausse attestation.

L’adjoint de l’imam de Cadjèhoun et sa complice, en prison depuis plus de 04 mois pour utilisation de  » fausse attestation et usage de fausse attestation » ont comparu devant la cour ce lundi . Selon les informations rapportées par Libre Express, la femme voulait voyager pour l’Allemagne avec un faux ordre de mission qui serait délivré par l’Etat béninois et un faux passeport de service dans lequel elle est présentée comme un médecin pédiatre au CNHU de Cotonou.

Interpelée puis interrogée, la dame en question a confié avoir reçu ces deux faux documents au Niger des mains de l’adjoint de l’imam de Cadjèhoun. A l’époque, ils ont tous deux été placés en détention provisoire.

Concernant la déposition des accusés, l’imam raconte à la barre que c’est un certain Roger qui l’aurait aidé dans l’établissement de ces documents. Mais, ce dernier serait actuellement en fuite. « Je n’ai pas fait le passeport, mais, j’ai remis les passeports. Je lui ai remis le passeport au Niger », a déclaré celui qui s’est présenté comme l’adjoint de l’imam de Cadjèhoun et professeur de langue arabe.

« Pourquoi le passeport et l’ordre de mission ne lui ont pas été remis au Bénin et c’est au Niger alors qu’elle serait en service au CNHU? », a demandé le président séant, le magistrat Guillaume Lally qui a noté des incohérences dans sa déposition.

A son tour, la dame a déclaré que c’est son mari qui vit en Allemagne qui a sollicité les services de l’imam pour l’établissement d’un passeport béninois afin de lui permettre de le rejoindre en Allemagne. Elle persiste et signe que c’est Mr B. F. qui lui a remis le passeport et l’ordre de mission au Niger. “Elle a déclaré qu’elle n’est pas médecin pédiatre en service au CNHU de Cotonou et qu’elle ne savait pas que les documents étaient des faux”, a-t-elle reconnu selon la même source.

Dans sa réquisition, le parquet spécial de la Criet représenté par le substitut du procureur a demandé à la Cour de retenir l’adjoint de l’imam de Cadjèhoun et sa complice dans les liens de la prévention de « fausse attestation et usage de fausse attestation ». C’est alors que le procureur a requis trois ans de prison ferme et une amende de cent milles francs contre les deux accusés selon l’envoyé spécial de Libre Express.

Cependant, la défense a plaidé pour la clémence de la cour. Le Me Abdon Déguenon a demandé que la réquisition du parquet spécial ne soit pas suivie par la Cour. D’après lui, la peine de prison requise pour les infractions reprochées aux prévenus est de six mois à deux ans de prison au Bénin. Toutefois, il a demandé que l’adjoint de l’imam de Cadjèhoun soit libéré au bénéfice du doute.

Me Gustave Anani Kassa va plus loin et demande à la Cour de sauver le mariage et l’éducation des enfants de sa cliente qui sont en Allemagne. L’audience est renvoyée au lundi 5 juin pour le délibéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.