Suite au drame survenu au CNHU, Wilfried Léandre Houngbédji démontre que le gouvernement a joué sa partition

Le Porte-parole du gouvernement s’est prononcé sur le drame survenu au service de réanimation du Centre National Hospitalier Universitaire. Selon les propos de Wilfried Léandre Houngbédji à l’occasion du point de presse du Conseil des ministres, le gouvernement a toujours joué sa partition pour que cet hôpital de référence puisse fonctionner normalement.

« Le gouvernement a régulièrement rempli sa part du contrat pour permettre au CNHU d’avoir les moyens de fonctionner », a lancé Wilfried Léandre Houngbédji. Selon le Porte-parole du gouvernement, la cause évoqué pour justifier le drame est surprenant. « On a évoqué une coupure d’électricité, relativement courte, qui pour le gouvernement ne peut pas avoir été à l’origine de ce drame ; d’autant plus que le gouvernement a mis à la disposition du CNHU des groupes électrogèneS de grande capacité à l’état neuf », a-t-il déclaré.Le secrétaire général adjoint du gouvernement a précisé qu’au nombre des groupes électrogènes acquis au profit du CNHU, « il y a un, qui est dédié spécialement au service de réanimation ». Le gouvernement, selon Wilfried Léandre Houngbédji, « est convaincu qu’il y a eu un dysfonctionnement quelque part, est-ce du fait de la technique ou de l’humain ? Les enquêtes le diront », a-t-il dit. Wilfried Léandre Houngbédji mesure l’ampleur de ce qui s’est passé. « 4 morts, c’est beaucoup. Ce qui s’est passé, c’est un drame », a-t-il martelé. Le gouvernement aussi en est conscient. C’est pourquoi, des mesures ont été prises pour faire la lumière sur le dossier. Parallèlement, la justice et l’Autorité de Régulation du Secteur de la santé (ARS) ont été saisies pour des investigations. Des agents, dont le Directeur du CNHU ont été écoutés par la Brigade criminelle. Deux fonctionnaires de la division électricité de l’hôpital et deux agents d’une société prestataire dans le secteur ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête. A la suite du communiqué signé du Ministre de la Santé, une délégation gouvernementale s’est rendu chez les patents des victimes, « pour leur porter de vive voix les condoléances et la compassion du Chef de l’Etat et de son gouvernement ». Les émissaires de Patrice Talon ont également rassuré les familles éplorées que des instructions ont été données par le président de la République pour que toute la lumière soit faite sur ce qui s’est passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.