Bénin – Pollution sonore : José Didier Tonato évoque la ferme volonté du gouvernement à faire appliquer la loi

Dans le but de lutter contre la pollution sonore en République Bénin , le gouvernement a annoncé la phase répressive de cette  lutte. Malgré les vives réactions au sein de l’opinion publique, le gouvernement veut sévir en appliquant strictement la loi afin de créer un environnement sain aux populations.

 Dans le cadre du démarrage de la phase de la répression de la lutte contre la pollution sonore au Bénin, le président Patrice Talon a rencontré les chefs des confessions religieuses au palais de la Marina le mardi 14 février 2023. Mais la démarche du chef de l’Etat a suscité de vives réactions au sein de l’opinion. Mais ces réactions ne sont pas de nature à décourager le gouvernement qui reste déterminer à faire appliquer la loi.

Reçu sur la chaîne de télévision du service public, le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Didier Tonato a évoqué la ferme volonté du gouvernement à faire appliquer les dispositions du décret N°2022- 301 du 25 MAI 2022 portant règlementation du bruit en République du Bénin.

Pour le ministre José Tonato, il s’agit d’une question de santé publique et il faut faire en sorte de créer un cadre sain où les populations peuvent vivre en paix. Donc, précise-t-il, « ce décret a été pris pour monter la volonté du gouvernement sur la question de la pollution sonore et pour gérer plus efficacement la question du brut dans nos agglomérations ».

Le gouvernement invite les pollutions à des comportements civiques en évitant la pollution sonore qui agit sur la santé. « Nous allons nous organiser pour que la loi soit appliquée. Nous allons préparer la répression et d’ici un an, nous allons nous rendre compte que c’est d’intérêt public », a expliqué José Didier Tonato.

Il faut préciser que le ministre était sur l’émission avec le directeur général de l’agence béninoise de l’environnement, le directeur départemental Atlantique-Littoral du cadre de vie et le chef de la brigade de protection du Littoral et des plages, le commissaire Fréjus Hounsou. Selon ce dernier, il y a eu au cours des deux dernières années, 6378 plaintes pour pollution sonore. Il salue donc cette loi qui vient ainsi pour mettre un terme à la pagaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.